Les disques du mois - Novembre 2019


Citadelle par Izia
Chanson française - Cote : 8.IZI

Après " La Vague " sorti en 2015, Izïa s'apprête à dévoiler un nouvel album dont est extrait le 1er single " Trop Vite ". Accompagnée par le musicien et producteur français Bastien Burger, " Citadelle " est un nouvel album fort, intègre et sincère mais tout aussi sensible. (Source : Rdm video)

 


Porcelaine par Luke
Rock français - Cote : 2.LUK

Tour à tour Pop (La Vie Presque), Rock et abrasif (La Tête En Arrière), ou acoustique (D’Autre Part), Luke n’a de cesse de brouiller les pistes au gré de ses recherches sonores. Avec Porcelaine, produit par Dimitri Tikovoi (Marianne Faithfull, John Cale, Placebo), le groupe de Thomas Boulard va encore en surprendre plus d’un.
Les 10 chansons de Porcelaine sont d’une subtilité et d’une élégance folle, tout dans ce disque est danse, joie et corps. Le bowiesque «Danse Dans La nuit» suivi de «Flèche», hymne érotique où l’on sentirait presque la présence de Moroder, jusqu’au culminant «Dis-moi», morceau de bravoure à l’instrumentation exploratrice. Le voile se lève enfin, Luke regarde droit devant, débarrassé de ses lourdes racines, il s’envole et dérive à sa façon, avec ses mots «au-dessus de l’existence».
C’est lorsque l’on croyait tout connaitre de Luke qu’on le découvre enfin.(Source : Fnac.com)

 


Look up child par Lauren Daigle
New soul - Cote : 180.1 DAI

Après l’immense succès de son 1er album « How Can It Be » certifié platine en 2015, tout s’accélère. La chanteuse est nommée 2 fois aux Grammy Awards et aux American Music Awards, remporte 2 Billboard Music Awards, assure plusieurs tournées à guichets fermés, participe à la BO de Blade Runner: 2049…. Suite à cette incroyable épopée, elle revient dans sa Louisiane natale en 2017. Les couleurs et les sonorités de sa ville natale ont donné naissance à une nouvelle énergie, et Lauren commence à fréquenter le studio, pour ce qui deviendra son 2nd album « Look Up Child ». « Il me fallait retourner là ou tout avait commencé » confie Lauren. « J’ai trouvé au plus profond de moi l’envie de dire : Voilà qui je suis. Voici mes vérités et les valeurs auxquelles je crois. Et les chansons sont venues » Tout se devait d’être authentique. Les sonorités ont pris vie dans leur forme la plus pure, tout comme les lyrics. Le premier extrait « You Say » n’en est que preuve. L’orchestration résonne en tandem avec son incroyable prestation, alors que sa voix, accompagnée d’une chorale atteint des hauteurs stupéfiantes. Avec ce nouvel album, Lauren est rentré et a donné chaque partie de qui elle est à chaque instant. « Il s’agit de se rappeler et de se sentir à nouveau comme un enfant, de regarder les nuages, le coucher de soleil, et les étoiles. Il s’agit d’avoir de l’espoir à nouveau. Il est toujours possible de revenir à soi-même. Il est toujours possible de revenir aux choses que l’on pensait perdues. » (Source : Fnac.com)

 


Roads - Vol.1 par Thylacine
Electro - Cote : 4.THY 6

Tout le monde dehors ! Les musiciens électroniques français n’en peuvent plus d’être enfermés en studio et ils sont de plus en plus nombreux à partir à l’aventure pour composer leur musique : Molécule au Groenland, NSDOS en Alaska, et donc Thylacine, pour le successeur de Transsiberian en 2015, composé comme son nom l’indique dans le train qui relie Moscou à Vladivostok. Pour ce nouvel album, William Rezé est reparti en excursion avec une caravane qu’il a retapée et transformée en studio nomade, alimenté par des panneaux solaires, cette fois en Argentine sur les routes de la Cordillère des Andes.
Un disque sur lequel on retrouve logiquement les cordes pincées du charango, la petite guitare caractéristique des sonorités andines (sur Murga notamment) mais surtout les productions aériennes typiques de Thylacine, qui n’aime rien tant que façonner des visuels pour l’oreille. Si El Alba prend des accents trip hop avec la voix de Clara Trucco, le producteur français convoque l’esprit “mental” des hymnes de Laurent Garnier sur The Road, avec cette basse qui vrombit sans agresser, ce beat moelleux et un piano éthéré, parfait bande-son d’un coucher de soleil, tandis que Volver évoque plus Paul Kalkbrenner avec cette mélodie hypnotique doublée d’un saxophone (son instrument d’enfance) étouffé par les filtres, pour un Autobahn version Amérique latine. © Smaël Bouaici/Qobuz

 


Capitalist blues par Leyla McCalla
Blues - Cote : 110 MCC

Navigation spirituelle entre blues créole, jazz et folk traditionnel de la Nouvelle Orléans The Capitalist Blues est le titre du troisième album de Leyla McCalla. Inspiré par le climat socio-politique tendu des États-Unis, il raconte les effets psychologiques et émotionnels de la vie dans une société capitaliste où l'argent est roi et les plus pauvres laissés pour compte. Refusant le pessimisme et le cynisme, et transcendant leur propre mélancolie, ces chansons véhiculent l'espoir humain sous toutes ses formes, en anglais comme en créole. The Capitalist Blues révèle un côté plus physique de la musique de McCalla, amplifié par une voix et des mélodies soulignant avec poésie ces protest songs. (Source : RDM video)

Malvoyant
Thème par défaut

Contact

Médiathèque Albert Camus

6-8 rue Ollivier Beauregard 91380 Chilly-Mazarin

01.69.10.59.40

mediatheque@ville-chilly-mazarin.fr

 Facebook

Instagram

Contactez-nous pour vous inscrire à la news letter

Horaires

Mardi 14h-20h
Mercredi 10h-18h
Vendredi 10h-18h
Samedi 10h-18h